Mer‎ > ‎

XCEL Chalenge

publié le 29 sept. 2011 à 03:29 par christophe hemar   [ mis à jour : 12 oct. 2011 à 03:33 ]

Le week-end du 24 septembre s’est déroulé le XCEL Challenge, course de pirogues (OC1 et 0C2) entre Hossegor (sud Landes) et Hendaye, soit 50 kms en 4 étapes et sous forme de relais, à deux ou 4 rameurs sur le modèle certaines courses hawaiiennes. Romain Fauquet du CCKA a pris part à cette course avec un coéquipier local, Miguel Herrero, sociétaire de l’Aviron Bayonnais depuis peu mais kayakiste de course en ligne depuis de nombreuses années.

Le vendredi soir se tenait le pré race meeting sur les hauteurs de la plage de la côte des basques, à Biarritz où nous avons fait connaissance avec les autres participants à cette course. Parmi les concurrents, les « Vladivostok Tigers », des rameurs russes au physique impressionnant, des allemands dont le champion d’Europe,  un hawaiien en la personne de Karel Tresnak Jr vainqueur 7X de la célèbre et mythique Molokai (championnat du monde officieux des pirogues).

Les consignes nous sont données pour les 4 parcours à effectuer, avec des zones de haut fonds à éviter car avec la houle de 2,50 m prévue, nous pourrions casser du matériel. Distribution des lycras de course, numéros, et c’est dans une bonne ambiance que les compétiteurs se séparent pour la nuit.

Capbreton - Tarnos

Le lendemain, nous avons rendez-vous sur la plage centrale de Capbreton, seule plage du coin à ne « pas trop » déferler dans ces conditions. Les orages violents dans les terres ont épargnés la côte même si le ciel reste chargé. Les bateaux sont préparés, avec Miguel nous décidons qu’il ferait le premier parcours jusque la digue de Tarnos, soit une quinzaine de kms. Le départ est lancé et les allemands, ainsi que Bertrand Baechler (champion de France) et Rico Leroy (champion du monde se surf tandem) prennent la tête de la course avec des OC2. Pour ma part, je fais la route en voiture jusqu’au prochain relais.

Une heure plus tard, les premiers concurrents arrivent ainsi que Miguel qui a pas mal souffert pour sa première course… De plus l’OC1 prêté n’offrait pas la possibilité de régler le siège trop court, et le ama mal équilibré par rapport au bateau.

Boucau Tarnos – Port de Guéthary (18 kms)

Un quart d’heure plus tard le départ est lancé et je longe la digue avec les autres concurrents. Karel Tresnak Jr a déjà de l’avance et il n’a pas l’air de souffrir… Au passage de la digue ça secoue pas mal, avec beaucoup de ressac et du courant il faut vite passer cette zone. Nous laissons une bouée d’entrée du chenal de l’Adour à bâbord à 2 kms du départ, puis direction Guéthary pour cette étape la plus longue (18 kms) avec la houle qui vient ¾ arrière sur tribord, ce qui n’est pas l’idéal car il faut perdre en cap pour prendre les surfs, mais ceux-ci demandent pas mal d’énergie pour les attraper. Toutefois, lorsqu’on arrive à en connecter un, c’est 100 mètres de pris d’un coup, c’est bon pour le moral et la vitesse…

Je suis dans le même rythme qu’un OC2, un allemand et un russe, mais le siège trop court me ruine le bas du dos et ajouté à cela l’ama trop bas, je baigne dans un moment de déconcentration ! je me remets en route et en fait cela m’a donné un coup de fouet car je ratrappe mon retard et double même un OC2. Nous sommes à 3 kms au large des plages d’Anglet, passons le phare de Biarritz et le port de Guéthary est en vue mais il est encore loin. Nous sommes accompagnés par un jet ski et des bateaux accompagnateurs avec un photographe. Un bateau stationné devant le port de Guéthary nous empêche de couper et de se retrouver dans les déferlantes des célèbre spots de surf de Parlementia ou d’Avalanche. Après 1h45 de course, j’arrive dans le petit port et me dis que la 2è va être difficile… Je suis à ce moment 18è au scratch.

Guéthary- Socoa (8 kms)

Cette manche courte est courue par Miguel, et pendant la « pause » nous avons retaillé le siège avec l’accord du propriétaire. Le départ est donné au bout de la jetée du port et nous pouvons voir les tactiques de départ des concurrents. L’allemand champion d’europe à une cadence hallucinante, comme s’il partait pour un 200 mètres ! Le temps de faire la route et les premiers concurrents arrivent déjà au fort de Socoa, plage des dériveurs.

Socoa – Hendaye (17kms)

Le départ s’effectue dans l’eau, et nous nous dirigeons rapidement vers la passe de droite de l’entrée de la baie. Je choisis de raser les blocs au moment de tourner vers le sud, ça bouge pas mal devant la digue avec le ressac, je décide alors d’aller plus au large. Avec la fatigue de la course précédente  je ne sais pas trop ce que ça va donner alors je pars vite, essaye de m’accrocher au groupe de tête et ça marche ! Du coup la motivation est là, je suis dans le groupe des 5 premiers, même si Karel se détache avec les OC2. Passage des plages de Bidart, les jumeaux, la baie d’Hendaye, nous sommes au large mais des déferlantes de plus de 2,50 mètres naissent sur un haut fond pour ramollir aussitôt, mais le jet est en poste sur cette zone pour assurer la sécu.

Nous remontons la rivière et le port de plaisance les bras m’ont un peu lâchés durant la traversée de la baie et je manque de lucidité car je ne vois pas les lignes d’un pêcheur… Peu après, je prends le mauvais bras d’eau ce qui me contraint à faire demi-tour… Je perds une place bêtement sur la fin ainsi que du temps, mais la remontée de la rivière qui a durée plus de 20 min est un supplice et comme je ne connais pas, je ne sais estimer la distance. Enfin arrivé au club de voile d’Hendaye, il est 17 h, nous sommes partis à 9h00.

Nous effectuons le parcours en 6h30, et nous sommes dans le milieu de tableau au scratch. C’était une belle course, les paysages sont magnifiques et l’ambiance très bonne. Beaucoup de lots ont été remis, nous sommes tous repartis avec quelque chose grâce à XCEL, WOO et Hoalen, sponsors de la course.

Le soir nous nous sommes retrouvés dans un bar à tapas à Hendaye, avec ceux-ci à volonté ainsi que de la sangria, et c’est sur cette note sympathique que beaucoup se disent à l’année prochaine. Toutefois, les mêmes parcours avec 4 mètres de houle, et c’est une autre chanson…

Romain Fauquet


Les autres photos:

http://frenchpaddler.fr/gallery/main.php?g2_itemId=857

Comments